Un dé en acajou a disparu | Christian Ost

CHRISTIAN OST s’inspire de son métier et teinte ces nouvelles de concepts souvent perçus comme éloignés de la littérature : ceux de l’économie. Si l’association peut paraître étrange ou susciter la méfiance à la lecture du sous-titre, elle s’avère rapidement très réussie. Les intrigues construites autour ou à partir d’un principe économique ne manquent pas de suspense, ni d’émotion ou d’humour. Demain, j’anticiperai, derrière ses airs de cours universitaire, est par exemple un texte émouvant, une larme après l’éclat de rire suscité par There is no business like e-business. D’autres textes jouent davantage sur la science-fiction ou l’actualité, de façon assez inquiétante, en mettant en scène la télé-réalité, les fluctuations de la Bourse, la crise et les découvertes technologiques. L’auteur maîtrise aussi bien l’art de la nouvelle que son sujet, qu’il explique de manière simple et ludique, en bon professeur.

Des nouvelles économiques étonnamment plaisantes.

Un dé en acajou a disparu - Christian Ost

Un dé en acajou a disparu et autres nouvelles économiques de Christian Ost

Quadrature (Louvain-la-Neuve), 2011 – 1re publication

* Conseil de Flo *
* Mois de la nouvelle *
* A la découverte de Quadrature *
* Littérature francophone : Belgique *

6 commentaires:

  1. Pourquoi "étonnamment plaisantes" ? N'avais-je pas écrit que ce recueil était réussi (je viens de relire mon billet et ça m'a donné envie de relire le recueil - en carton of course ;) ? ;p

    Cela dit, je suis heureuse de constater qu'une personne n'ayant pas de lien universitaires/pros avec l'éco et la finance témoigne de l'accessibilité de l'ouvrage, mon avis ayant pu paraître biaisé par mon profil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que le sous-titre m'inquiétait sérieusement et que je ne me sens pas toujours concernée par tes recommandations (ça m'a bien réussi dans les nouvelles pourtant, d'où la parenthèse du mail).
      J'ai l'impression d'avoir tout compris, c'est donc bien expliqué ;)

      Supprimer
    2. Le sous-titre n'est peut-être pas une bonne idée sur le plan com' ...
      Cela dit, l'expérience montre que, généralement, nous nous retrouvons plutôt bien en termes de nouvelles (déjà je lis beaucoup plus de littérature francophone que d'habitude ;) ou du moins que nous savons ce qui peut plaire à l'autre ou pas.

      L'économie de base on en fait tous tous les jours sans s'en rendre compte (enfin, perso j'y pense mais passons) et je trouve que l'auteur a bien fait ressortir les principes qui gouvernent nos comportements de façon plus ou moins inconsciente, notamment grâce à des parallèles originaux. Il est bon pédagogue et sait habiller la "leçon" de façon à ne pas donner le sentiment de faire de la pédagogie justement.
      De fait, je crois que sans le sous-titre, le recueil aurait plus de chance d'être ne serait-ce que feuilleté et le lecteur pourrait alors se rendre compte que rien de bien méchant ne se cache dans ces textes.

      Supprimer
    3. Je pense que ça peut dépendre des lecteurs, certains pourraient être intrigués, mais ils sont sans doute minoritaires. Le titre ne me plaît pas non plus à vrai dire ou, du moins, ne m'aurait pas fait retourner le livre. Ta recommandation et la présence du recueil à la bibliothèque ont seules joué un rôle dans ma lecture (grâce à l'expérience de nos lectures en matière de nouvelles et malgré quelques doutes persistants, je savais que ça ne me déplairait pas).

      Le problème est justement ce "sans s'en rendre compte" (et dans mon cas, une opposition un peu cliché entre les littéraires et les matheux, dont je ris toujours avec mes amies au moment de payer chacune sa note au restaurant) : le lecteur lambda peut imaginer que l'économie à mille lieues de son univers, alors que l'auteur montre tout le contraire. J'ai beaucoup apprécié qu'il soit si pédagogue sans en avoir l'air ou joue justement de cette pédagogie avec le personnage du professeur.

      Supprimer
  2. Ca m'intrigue et ça m'intéresse (dès qu'il est question d'économie et de bourse, je suis alléchée!). Je le note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que te le conseiller très vivement dans ce cas. J'ai vu que le recueil Petites coupures de Dominique Costermans (chez le même éditeur, à paraître ce mois-ci) abordait aussi la question de l'argent, il t'intéressera peut-être.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).