La vie en crue | Jean-Claude Garrigues

TANDIS que plusieurs auteurs exploitent la brièveté de la nouvelle de façon à marquer le lecteur, Jean-Claude Garrigues prend son temps et invite à s’installer confortablement dans les trois textes de ce recueil. Les atmosphères sont patiemment construites, au gré des descriptions, souvenirs et nombreux bavardages des personnages. Tous reviennent avec nostalgie sur leur passé et celui d’un proche qui les a accompagnés. Ce sont tout d’abord deux amis qui reconstituent leur enfance et jeunesse marseillaises, dans une nouvelle agrémentée de quelques expressions locales. Bien que les idéaux de jeunesse, les rêves d’ailleurs et l’insouciance soient loin derrière eux, leur vieillesse demeure espiègle. Vient ensuite une vieille dame en voyage vers Paris, peut-être plus acariâtre, qui se laissera apprivoiser par une jeune fille, entre deux discussions avec un compagnon de bord de plage. Contrairement aux autres textes, le second n’est pas linéaire dans sa narration et mêle les évènements, entre passé et présent, dans une alternance parfois déstabilisante, mais significative quant à la « révélation » finale ; les différentes parties du texte se révèlent alors semblables à des taches de couleurs qui altèrent la vision après un éblouissement : 
Elle se réveille et reste sans bouger, comme paralysée, tout engourdie de sommeil. Nul bruit ne l’atteint encore, nulle odeur, nulle image. L’effleurement de l’air sur sa peau, la sensation même d’avoir un corps ont disparu. Elle n’est reliée au monde que par la lumière qui l’éblouit, transperce ses rétines pour irradier directement le cerveau. De curieux papillons multicolores au corps noir comme un trou béant éclatent dans sa tête. Feu d’artifice secret, incendie sombre et éblouissant. [La vieille dame qui rêvait sur la plage, p. 27]
Enfin, le dernier personnage fait un véritable voyage vers son passé et une sœur délaissée, dans une quête de compréhension perdue d’avance. Cette dernière nouvelle est sans doute la plus bavarde, par la confrontation des points de vue et les nombreux dialogues qu’elle contient. Ce qui semble se dégager le plus fortement de l’ensemble est une saveur douce-amère, des regards vers le passé, pourtant jamais tout à fait détournés du présent ; la vie paraît passée, mais continue néanmoins son cours et se rappelle aux personnages.

De longues nouvelles douces-amères.

La vie en crue - Jean-Claude Garrigues

La vie en crue de Jean-Claude Garrigues

Quadrature (Louvain-la-Neuve), 2013 – 1re publication

* A la découverte de Quadrature *

9 commentaires:

  1. Je ne connais pas du tout. Pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une des nouveautés de Quadrature, une agréable surprise.

      Supprimer
  2. J'aime ce titre, ça me donne des désirs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il en est question aussi. :) (Je le mets de côté pour toi)

      Supprimer
  3. Je ne suis pas fan de nouvelles mais ton billet donne très envie !

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de chez Anne (oui, je sais, la honte... J'ai un retard invraisemblable concernant tes billets, notamment de nouvelles).

    Je n'avais pas compris qu'il n'y avait que 3 nouvelles (très longues alors ?). Anne m'avait quasi-convaincue mais ton billet me rappelle mes craintes initiales notamment en ce qui concerne le côté marseillais (pas ma tasse de thé).
    En revanche; et très certainement parce que mon esprit de contradiction est particulièrement développé, l'extrait d'Anne ne m'a pas emballée quand le tien me donne envie ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, trois longues nouvelles (je n'ai pas le recueil sous la main, il est chez Anne, mais je pense qu'il fait une petite centaine de pages au total). D'après tes craintes sur le côté marseillais et les descriptions, je ne te conseillerais pas ce recueil, à part la seconde nouvelle, dont est extrait le passage de mon article, moins ancrée à Marseille que la première. Je t'en reparlerai par mail, mais si tu es intéressée par les Histoires Jivaro, je peux y joindre ce recueil aussi, juste pour que tu testes.

      Supprimer
  5. Anonyme19/7/14

    j'aime énormément ce livre ! il concoure pour le prix litter'halles 2015 à decize (nièvre) dont je fais partie du jury ! j'espére qu'il sera au moins finaliste ! pour moi c'est un coup de coeur véro b

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignorais qu'il concourait pour un prix, quels sont les autres textes en lice ?

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).